Fabrice Houngnandan

Fabrice Houngnandan2018-02-01T19:13:59+00:00

Ph.D. student at the University of Montpellier

Co-supervised by Julie Deter, Vincent Dufour and Sonia Kéfi

Email: fabrice.houngnandan (a) etu.umontpellier.fr

 

Spread in Mediterranean coastal areas, the seagrass, Posidonia oceanica, forms meadows that are a key habitat of the Mediterranean Sea, at the origin of numerous ecosystem services. Highly sensitive to the quality of their environment, this seagrass is used like a bioindicateurs of coastal water quality. The habitats formed by Posidonia oceanica have been mapped, all along the Mediterranean French coast, by Andromède océanologie in 2014. The cross-checking of anthropogenic coastal pressures and old data of the seagrass distribution will permit to develop landscape configuration indices. These tools will be used to study the relative influence of anthropogenic and natural pressures, to measure the actual state of this habitat and to predict its evolution. This work will help making decisions for the conservation of marine resources, e.g. deciding which preservation action to take.

 

Ph.D. title and abstract (in French):

Rôle des Pressions anthropiques et de l’Environnement dans l’état des Herbiers de Posidonies de Méditerranée Française

Contrairement au secteur terrestre, l’écologie des paysages sous-marins est largement sous exploitée, principalement en raison d’un manque de données cartographiques précises et continues. Pourtant, certains habitats sous-marins sont bien cartographiés aujourd’hui. C’est le cas des herbiers à posidonie (Posidonia oceanica L. Delile), dont la distribution est renseignée depuis 2014 sur l’ensemble de la côte méditerranéenne française au 1:10 000. Présents entre 0 et -40 m de profondeur, ces herbiers sont très sensibles à la qualité des eaux et fortement soumis aux différentes pressions côtières résultant des nombreuses activités humaines exercées sur le littoral. Ces pressions anthropiques côtières ont été récemment cartographiées et leurs impact modélisés pour les eaux françaises de Méditerranée(Holon et al., 2015a, 2015b). Le principal objectif de ce projet doctoral est d’évaluer et de prédire l’état des herbiers à posidonie à partir d’indices de configuration paysagères et de connaitre l’influence relative des pressions anthropiques côtières et de l’environnement sur cet état. Au cours de ce projet doctoral, la cartographie et la modélisation des pressions anthropiques côtières seront mises à jour et complétées afin de pouvoir tenir compte de l’évolution de ces pressions, et des nouvelles sources de données récemment parues. Puis, les paysages sous-marins formés d’herbiers à Posidonie seront analysés et décrits au travers d’indices paysagers, décrivant la géométrie et de l’organisation spatiales des tâches de posidonie présentes dans ces paysages. Les indices paysagers obtenus seront ensuite décrits, au travers de différentes méthodes statistiques, à partir des nouvelles cartes de pressions anthropiques et de données spatialisées renseignant sur les conditions environnementales (nature des substrats marins, pente, conditions hydrodynamiques). Le but sera alors de distinguer de façon automatisée les paysages d’herbiers caractéristiques des secteurs soumis à des pressions anthropiques, de ceux exclusivement modelés par les conditions environnementales (hydrodynamisme, pente, nature des fonds, régime de houle, apports sédimentaires). Enfin, la distribution historique des herbiers de la région Occitanie seront cartographiés à partir de données anciennes comme cela a déjà été fait en région Provence-Alpes-Côte-D’azur (Holon, 2015) et comparées aux paysages d’herbiers actuels. En plus de nous procurer un état de référence pour les herbiers à posidonie français et ainsi répondre aux demandes européennes (Directive Cadre Eau et Directive Cadre Stratégie Milieu Marin), les résultats de cette étude permettront de mieux comprendre l’évolution spatio-temporelle des herbiers à posidonie en fonction de leur environnement (naturel et anthropique) et détecter la présence ou non d’un mode de transition catastrophique. L’ensemble de ces travaux participera à l’évaluation de la qualité écologique des masses d’eau côtières et permettra d’identifier des zones sur lesquels la reprise d’herbiers est possible, en vue d’une réimplantation ou de transplantations, ou au contraire les secteurs demandant une attention particulière (opérations de restauration et de préservation).